Comment bien choisir son masseur gay ?

Dans la nébuleuse des annonces sur le net, il n’est pas facile de trouver un masseur gay. D’autant que l’image du massage aujourd’hui est un peu galvaudée, voire détournée… Nous avons demandé à François Joël, masseur professionnel, de nous aider…

Publié le

Quel est le premier conseil à donner pour quelqu’un qui cherche un masseur gay ?

Le constat qu’on peut faire d’abord, c’est que le bouche à oreille fonctionne très peu dès qu’il s’agit du massage chez les gays. Comme si les massés voulaient préserver l’intimité qu’ils ont avec leur masseur. Il faut donc aller chercher ailleurs. Pourquoi pas dans un sauna gay qui propose des prestations professionnelles de qualité ? Mais le premier conseil que je donnerais à quelqu’un qui cherche un masseur gay, c’est d’être vraiment clair avec ce qu’il recherche lui-même. Qu’attend-il de ce massage ? Ne recherche-t-il pas autre chose ? Quand on a répondu à ces deux questions, on trouve plus facilement…

Quel est l’avantage de choisir un masseur gay ?

Peut-être que les massés se sentent plus à l’aise de se laisser toucher par un autre gay que par un hétéro. S’allonger sur une table de massage nu (ou presque) peut être difficile pour quelqu’un qui est timide, pudique ou qui a des complexes… Il y aussi la difficulté pour certains de laisser leur corps réagir avec un hétéro : l’érection, par exemple, n’est pas dans le massage quelque chose de forcément sexuel, mais peut être perçu plutôt comme un signe de détente profonde. Il s’agit de plaisir normal qu’un masseur professionnel gay comprendra plus facilement. Ce qui compte surtout, c’est la mutuelle confiance et la clarté des intentions qui a été établie, d’un commun accord, avant même le début de la séance et tout au long du processus.

Quels sont les détails dans un descriptif qui montrent que la prestation est un massage, seulement un massage ?

Si l’annonce est claire, qu’elle ne tourne pas autour du pot, il y a de fortes chances pour que le service soit un massage professionnel. A mes débuts, j’ai carrément mis dans mes annonces que ce que je prodiguais n’avait rien de sexuel. Ça a le mérite d’être clair. On peut utiliser dans le massage un vocabulaire qui peut porter à confusion : sensualité, corps à corps… D’où le besoin de clarté.

Parlons des photos de présentation. Choisir un trop beau masseur ne fausse-t-il pas la recherche du masseur idéal ?

C’est une très bonne question. Évidemment que si… Évidemment, savoir que tu vas t’allonger et qu’un beau mec va te toucher tout le corps, c’est tentant. Mais on revient à la première question, qu’est-ce que j’attends du massage et du masseur. Si on est clair dans sa tête, le physique du masseur importe peu. Même si le beau masseur peut aussi être un bon masseur… Cet échange ne se situe pas sur le même plan qu’est pas un rendez-vous galant.

Comment s’y retrouver dans toutes les formations que les masseurs annoncent ?

A mon avis, c’est une dérive sociétale : certains masseurs se sentent obligés de faire leur annonce comme s’ils faisaient leur CV, pensant que ça rassure les clients. Se vendre à tout prix… Dans le massage, l’expérience compte plus que les formations. Elles sont nécessaires, certes, mais si on ne pratique pas, elles ne servent à rien. Ma formation à moi, pendant plus de 15 ans, c’est Sajmah (regroupement d’hommes gays pour pratiquer le massage, association que j’ai présidé de longues années) : pratiquer, pratiquer et pratiquer encore…

Lomi-lomi, ayurvédique, californien… Comment faire le tri ?

Globalement, la plupart des massés ne sont pas des experts : ils font rarement la différence entre les types de massages… Pour apprendre à connaître, il faut tester. Et il y a tout sur internet : des explications, des vidéos qui montrent ce qu’on doit te faire sur tel ou tel massage…

Entre 50 euros et 130 euros l’heure, qu’est ce qui peut justifier un tel écart de prix ?

J’ai l’habitude de ne faire que deux massages par jour (exceptionnellement trois, les périodes d’affluence) pour bien faire mon métier et c’est mon unique activité professionnelle. Faites le calcul. Masser est un travail. Il mérite sa rémunération. D’autant que je ne fournis pas de massage « à l’heure ». Mon tarif est un forfait et je ne compte pas le temps. Le masseur s’est formé, a acheté du matériel… J’ai commencé à 50 euros. Et ce sont mes clients qui m’ont dit que je méritais plus. A 50 euros, je dépréciais la qualité de mon massage. Autre point intéressant, le nombre de personnes qui se trompent et veulent des massages « sexuels » diminue drastiquement quand le prix augmente…

Un massage avec François Joël ? Réservation au 06 60 17 77 07.

Tu en veux encore ?