Photos : Marc Martin révèle la vérité de son (très) Beau Menteur

Sexy, troublant, déroutant, fantasmatique, revisitant la virilité… « Beau Menteur », le nouveau travail de Marc Martin, a tout pour plaire. Jock.life a rencontré le photographe alors qu’une exposition démarre et qu’un livre arrive en librairie…

Publié le

Beau Menteur est un joli garçon. Boxeur, ballerine, sainte barbue, tatoué, couvert de voiles ou de bijoux, portant jockstrap sale ou bas résille, Beau Menteur est le personnage créé par Marc Martin pour son nouveau projet, et incarné, dans ses multiples facettes par Benjamin, modèle protéiforme se jouant de la virilité et de ses stéréotypes, et qu’on peut découvrir sous toutes ses jolies coutures sur son compte Instagram.

Avec Beau Menteur, exposition et précieux livre-objet à la fois, Marc Martin poursuit ainsi son exploration du corps et de la sexualité gays, toujours à mi-chemin des images et des mots, du trivial et de la culture, du pur et de l’impur. Comme il l’avait déjà montré avec son passionnant travail autour des pissotières il y a deux ans (Les Tasses, toilettes publiques – affaires privées), Marc Martin est un artiste et un militant, un photographe et un auteur, capable de citer Hervé Guibert et Dalida, de faire resurgir les fantômes oubliés de Arthur Cravan et Sainte Wilgeforte, de remonter le temps de l’imagerie homosexuée pour lui redonner une actualité plus brûlante que jamais. Bref, c’est beau, c’est brillant, c’est sexy en diable, c’est drôle aussi parfois, et un peu nostalgique. C’est tout ça Beau Menteur, qu’il faut aller découvrir à la galerie Mille Lieues à Paris, jusqu’au 10 octobre, ou dans le superbe coffret des éditions Agua.

Afin d’en savoir plus, nous avons glissé à Marc Martin quelques petits mots qui font écho à ce projet, et nous lui avons demandé de réagir à sa manière…

Menteur

« Beau Menteur joue beaucoup avec les apparences, souvent trompeuses. Derrière le mensonge, on peut trouver un univers fascinant, un monde de fiction. Inventer, s’inventer, relève du rêve et du récit. »

Vérité 

« Mon œil se balade en permanence entre vérité fantasmée et fantasmes assumés. Rien que par le choix du cadrage, une prise de vue transforme la réalité. C’est comme ça qu’elle la rend parfois plus intéressante.« 

Beau Menteur – La Ballerine et le boxeur © Marc Martin 2021

Jeu

« Beau Menteur endosse un costume de scène et joue à cache-cache avec une vie rêvée. Puisque notre société tient souvent comme acquis que l’homme est un homme hétérosexuel, le personnage s’amuse à bousculer les repères associés à la masculinité.« 

Je

« « Je suis comme je suis » est une des séries phares dans Beau Menteur. Je me suis inspiré de l’esthétique de grands classiques, mais les phrases écrites à la première personne du singulier sur la peau de Benjamin renvoient à une double identification. L’anaphore au féminin nous va bien, à Benjamin et à moi. Le clip est à voir ici. »

Beau-Menteur©Marc-Martin-2021-Je-suis-comme-je-suis-2
Beau Menteur – Je suis comme je suis © Marc Martin 2021

Poil

« Le poil au menton délimite souvent les frontières de genre. Beau Menteur lance un pied de nez aux vieux clichés sur la barbe. Il la porte, à rebrousse poils des connotations antiques ou religieuses, comme un bijou facial, un objet érotique.
Quant aux poils pubiens, même si la pudibonderie ambiante les regarde d’un sale œil, mes photographies ne cachent pas les parties intimes de Benjamin. Elles sont plus ou moins touffues, selon ses humeurs, un peu comme sa barbe de malfrat ou sa moustache. Pour l’anecdote personnelle, moi je préfère aux barbus, les mecs avec du poil au cul. Question de goût.
 »

Virilité

« Je ne pense pas qu’être attiré par les attributs masculins soit malsain. Je ne pense pas qu’avoir une allure masculine te rende toxique. Selon moi, là où il y a un problème, c’est quand le fait de penser « être un mec » justifie le sentiment d’être supérieur aux autres.« 

Beau Menteur©Marc-Martin-2021-modèle Benjamin FAG 2
Beau Menteur – FAG ©Marc Martin 2021

Pornographie

« Support masturbatoire et masturbation intellectuelle copulent bien ensemble dans mes images. Le porno, par son côté brut de décoffrage, a toujours nourri ma sensibilité : j’aime les cochons et les fleurs. »

Fetish

« Les fétichistes sont de nature romanesque et sont souvent de grands romantiques. J’ai remarqué beaucoup plus de générosité entre personnes issues de la scène BDSM que parmi ceux qui baisent honteux. J’adore mettre en lumière les gens sincères. Et je dirais même que les gens qui ont mauvaise réputation m’excitent… Est-ce que Beau Menteur est fétichiste ? Oui, clairement !« 

Beau-Menteur©Marc-Martin-2021-modèle-Benjamin-Profil-Bas
Beau Menteur © Marc Martin 2021

Icônes

« Dans notre communauté, beaucoup ont leurs icônes, comme beaucoup d’hétéros ont leur club de foot… c’est une religion. Parmi les figures fortes, je pense à Dalida. Elle me faisait rêver quand j’étais gosse et elle fascine aujourd’hui Benjamin, qui a 25 ans de moins que moi.« 

Benjamin

« Benjamin, à fleur de peau sous ses faux airs de petit macho, ne triche pas : il trie. Je l’ai choisi parce qu’il incarne la masculinité plurielle dans toute son ambiguïté. Lorsqu’il se met à poil, c’est toujours avec apparat ! Si Beau Menteur dépouille le mâle de ses travers hétéronormés et dominateurs, c’est aussi grâce à lui. Pour moi, Benjamin est une graine de star. Chaque mercredi, il va performer dans l’exposition et inviter le visiteur dans son monde. Un monde de fiction ? « 

Marc Martin Beau Menteur
Exposition gratuite du 7 septembre au 10 octobre 2021 : Galerie Mille Lieux, 39 rue de Poitou – Paris 3.
Livre édité aux éditions Agua.

Tu en veux encore ?