Jay Davies, le photographe qui aime embrasser

Jay Davies est un photographe de Melbourne. Il fait partie de ce qu’on appelle les Premières Nations : il est d’origine Maori. Il explore à travers ses photographies l’intimité queer comme pour créer un instantané de sa vie et de celle de ses proches…

Publié le

D’où viennent tes inspirations ?

Aussi cliché que cela puisse paraître, je suis véritablement inspiré par le monde qui m’entoure – les gens, les lieux, les fêtes. Je m’intéresse à beaucoup de choses qui sont souvent considérées comme taboues, ou à des sujets dont on parle moins. Je suis aussi très inspiré par la diversité des relations LGBT+, qu’elles soient platoniques, amoureuses ou sexuelles. Mon travail est motivé par une curiosité pour les autres, un besoin d’apprendre et de comprendre le comportement humain.

Où trouves-tu tes modèles ?

Les personnes que je photographie sont pour la plupart des amants, des amis, ou des amis d’amis. Je travaille principalement avec les gens avec qui je suis à l’aise et surtout avec les gens qui sont à l’aise avec moi. Parfois, ce sont de nouveaux amis et des amants rencontrés sur Internet. Mon travail est devenu un moyen vraiment unique pour moi d’établir des liens intimes et de nouvelles amitiés. La majorité des personnes que je photographie n’ont aucune expérience de mannequinat par exemple ou de nudité devant l’appareil de quelqu’un d’autre.

Avec qui te sens-tu le plus créatif ?

Je pense que les collaborations sont plus intéressantes lorsque je travaille avec des personnes enthousiastes et ouvertes d’esprit et des personnes avec lesquelles j’ai déjà une intimité établie. Il y a une vraie beauté à être confortablement vulnérable et en confiance. Ces émotions se traduisent clairement dans les photographies.

On voit souvent des baisers sur tes photos. Comme un symbole de vie. Est-ce conscient chez toi ?

Embrasser est amusant, embrasser est une forme intime de connexion et de proximité. Embrasser peut signifier tant de choses différentes pour tant de personnes différentes et j’aime vraiment ça. Embrasser est aussi l’une de mes activités préférées, que ce soit avec des partenaires intimes ou des amis sur la piste de danse. C’est trop mignon !

Tu sembles aimer tous les corps, toutes les formes de corps. Tu les rends belles. Quelle est ta définition de la beauté ?

Les corps sont si complexes et résilients, il y a tellement de différences et de similitudes qui ne sont pas souvent aussi accessibles que ce qui est montré dans les médias plus « grand public ». Tous les corps méritent d’être célébrés. Je ne pense pas vraiment rendre les corps beaux. Je pense que j’essaie juste de montrer aux gens à quel point les autres corps sont beaux et comment la perception que les autres ont d’eux peut être différente.

Que signifie la nudité dans tes photos ? Est-il important de signifier la sensualité par exemple ?

Pour moi, la nudité est libératrice. Créer un travail à travers la photo pour que tant de corps différents soient célébrés, est tellement excitant. Je n’ai jamais été sûr de moi, je me remets en question tout le temps. Je pense que très tôt, la photographie des corps m’a permis de briser certaines barrières et insécurités que je m’étais créées moi-même. Je veux juste que les gens aient accès à des supports auxquels ils peuvent s’identifier. Tout le monde mérite de se voir dans l’art et les médias qu’il consomme.

Quel est ton meilleur souvenir de photographie ?

Je ne sais pas vraiment si j’ai un souvenir préféré en particulier. Je pense que ce qui me passionne dans la photographie, c’est de capturer tous les souvenirs. C’est une façon d’archiver ma vie et mes expériences. Chaque fois que mon ordinateur m’envoie mes nouveaux fichiers de photos, je suis excité et souvent les nouveaux souvenirs sont les meilleurs souvenirs.

Quels sont tes projets ?

Tout mon travail est composé de nombreux projets en cours. J’aime me lancer sur beaucoup de choses différentes à la fois, puis plus tard revenir sur mes archives et faire de petites séries à partir des choses que j’avais mises de côté.

Vous pouvez retrouver le travail de Jay Davies sur son site www.jay-davies.com et sur son compte Instagram

Tu en veux encore ?