Samy et Mathieu : ils sont tomb√©s amoureux lors d’une Pride

Mathieu vivait √† Lille. Samy, lui, habitait √† Bruxelles. Ils se sont rencontr√©s il y a deux ans √† la Pride de Lille. Et ils ont craqu√© l‚Äôun pour l‚Äôautre. √Ä cause (ou plut√īt gr√Ęce) au confinement, ils ont d√©cid√© de vivre ensemble. Rencontre‚Ķ

Publié le

Quand vous êtes-vous rencontrés ? Et comment ?

Samy : On s’est rencontrés lors de la Pride de Lille en 2019. Je vis à Bruxelles et j’étais venu passer le week-end à Lille avec une amie pour assister à la Pride. J’avais fait la Marche en « puppy », il faisait une chaleur de dingue cette journée-là. A la fin de Pride, j’ai enlevé ma cagoule et j’ai croisé le regard de Mathieu.

Mathieu (sur son vélo) et Samy

À ce moment-là, il s’est passé un truc malgré la foule. On s’était repéré sans s’être jamais vu auparavant. Ensuite, on s’est perdu de vue. Plus tard dans la journée, Mathieu avait fait son enquête pour me trouver sur Facebook et on s’est retrouvé le soir au Liquium, un bar queer à Lille. Ce fut notre première rencontre. Mathieu était déjà en couple et pendant un temps on s’est revus à 3. Aujourd’hui, on vit tous les 2.

Vivez-vous ensemble et qui a pris la décision d’emménager chez l’autre ?

Samy : On vit tous les 2 oui, Mathieu m’a rejoint à Bruxelles. Il avait fini sa formation et moi, je travaillais et je travaille toujours à Bruxelles. C’était donc plus pratique qu’il me rejoigne. Je vivais en coloc, on a donc pris un nouvel appartement en août dernier. C’est la première fois que je m’installe avec mon petit ami et c’est aussi la première fois que j’ai une relation qui dure aussi longtemps. J’ai l’habitude d’avoir ma chambre à moi. On a donc chacun sa chambre, même si on dort quand même ensemble. 

Comment avez-vous présenté l’autre à vos proches ?

Samy : On s’est présenté, tout simplement, comme étant en relation.

Que pensent vos amis de votre histoire ?

Samy : On n’a pas un entourage jugeant et très normé, donc notre histoire est perçue comme assez simple par notre entourage…

Quel défaut mignon avez-vous découvert de l’autre ?

Mathieu : Je dirais sa maladresse…

Samy : Je ne sais pas trop si c’est un défaut mais je pense à son côté bisounours. 

Comment s’est passé le confinement ? 

Samy : C’était très difficile. Pendant le premier confinement, Mathieu vivait à Lille et moi à Bruxelles, il nous a donc été impossible de nous voir en vrai, on a dû être inventifs et apprendre à gérer nos frustrations. C’est ce qui a principalement motivé notre installation ensemble, on ne voulait pas revivre à nouveau ça. Le second confinement, ça a été plus compliqué pour Mathieu. Il a emménagé dans une ville qu’il ne connaissait pas. Aujourd’hui ça va beaucoup mieux.

Ferez-vous la Marche des Fiertés cette année ?

Samy : On l’a déjà faite à Bruxelles. La “Belgian Pride”, organisée habituellement, n’a pas eu lieu, mais un collectif alternatif “Pride VNR” a organisé une Pride à vélo ainsi qu’un rassemblement, nous étions présents.

Que signifie la Marche pour vous ?

Samy : Pour nous c’est l’occasion de s’approprier l’espace public, de faire remonter nos revendications et de visibiliser les personnes les moins visibles de nos communautés (travailleur.se.s du sexe, personnes racisées…) 

Vous avez des projets amoureux ?

Samy : Nos projets, c’est de continuer de prendre soin d’un de l’autre, de communiquer sur notre couple et ses possibles évolutions et de continuer à fleurir notre petit chez nous de plantes et d’amour.

Tu en veux encore ?