Selon une étude, avoir une voix « qui fait gay » multiplie les risques de discriminations

Une récente étude publiée dans le British Journal Of Social Psychology montre que les homos dont la voix est jugée « trop gay » sont plus susceptibles d’être victimes de discriminations de la part des hétéros.

Publié le

Ceux qui ont mené cette étude ont interrogé des personnes gays et hétéros. Il leur ont demandé ce qu’ils pensaient de la manière qu’ont les hommes gays et hétéros de s’exprimer. L’intonation de la voix était notamment évoquée.

Les résultats de l’étude montrent que les hommes hétéros pensent pouvoir identifier la sexualité de quelqu’un en se basant uniquement sur sa voix et sa façon de s’exprimer.  Elle montre aussi que les personnes ayant une voix « gay » / plus efféminée semblent être d’avantage victimes de discriminations et de harcèlement. 

« Sonner ‘gay’ reflète les stéréotypes courants associés aux hommes gays qui sont toujours considérés comme négatifs. Pour un homme, paraître gay implique de ne pas se conformer à la norme du paraître masculin et hétérosexuel. Â»Â a déclaré Fabio Fasoli de l’université de Surrey, l’auteur principal de l’étude. 

Les chercheurs qui sont à l’initiative de l’étude ont également constaté que les personnes LGBT qui pensent avoir une attitude ou une « voix gay » sont plus vigilantes sur la façon dont elles se présentent en public. Les hommes sont aussi plus nombreux que les femmes à essayer de transformer leurs voix dans ces conditions.

Fabio Fasoli explique que ce phénomène est aussi une forme subtile de discrimination. En effet, les personnes hétéros disent deviner que certains hommes seraient gays au son de leur voix, même si ces derniers n’ont jamais fait leur coming out. 

« Je vise à continuer d’étudier les expériences des gens et les moyens de faire face à la stigmatisation due aux stéréotypes de la ‘voix gay’. Cela nous fournira des connaissances importantes à utiliser dans les interventions, les politiques et la formation à l’égalité. Â» a déclaré Fabio Fasoli. 

Tu en veux encore ?