« The Prom » : le cadeau de Noël de Ryan Murphy aux gays !

On attendait avec impatience « The Prom », l’adaptation par Ryan Murphy du musical du même nom. Il nous avait promis un peu de « Glee », de comédies musicales à la sauce Broadway, des stars à gogo. Le tout saupoudré de droits LGBT. On n’a pas été déçu. On a même adoré… Alerte spoiler !

Publié le

Le pitch : Emma, veut emmener sa petite amie au bal de fin d’année (« The prom » en anglais) de son lycée d’Indiana. Les parents des autres élèves vont faire annuler purement et simplement le bal pour ne pas avoir à soutenir le couple. Mais c’est sans compter sur une bande d’acteurs de Broadway en mal de notoriété qui va venir chambouler les plans des homophobes…

Soyons clairs ! Si vous avez détesté Glee, si l’idée de visionner une comédie musicale vous horripile, si les scénarios un peu nunuches où tout se termine bien à la fin, vous indisposent, si les clichés un peu faciles sur les droits LGBT vous saoulent, fuyez ! The Prom n’est pas un film pour vous… Il y aura de la robe guimauve pastel, des couleurs flashy, des danses à la West Side Story et un discours un peu mélo, bref tout ce que la comédie musicale peut offrir de mieux et de rassurant en cette époque un peu morose ! Et tant mieux si vous vous surprenez à bouger des pieds en visionnant ce nouveau film proposé par Netflix depuis le 11 décembre. The Prom est pour vous !

Un casting impressionnant

Le 12 mars dernier, en pleine crise sanitaire, le tournage de The Prom est interrompu. La question était alors : quand la production allait-elle pouvoir réunir à nouveau un tel casting ? Toutes les stars ont libéré du temps pour poursuivre le tournage et c’est chose faite à partir du 23 juillet. En effet, il n’était pas aisé de retrouver ensemble Meryl Streep, Kerry Washington, Nicole Kidman ou James Corden !

Ryan Murphy a vu les choses en grand. Et les acteurs se sont donné à fond : une Meryl Streep, qui prouve une fois encore qu’elle est une excellente chanteuse avec ses faux airs à Patti LuPone (la star de Broadway qu’on a adoré dans Hollywood), une Nicole Kidman, un peu sous-exploitée, qui ne minaude pas du tout et qui montre qu’elle vit depuis quelques années une véritable renaissance cinématographique, une Kerry Washington dans le contre-emploi de la mère homophobe qui fait peur… Seul bémol à cet océan de louanges, James Corden qui surjoue beaucoup. Il en fait des tonnes. Et c’est un comble pour un hétéro qui joue un gay ! Mais on restera fan de ses Carpool Karaoke… Plus gay, tu meurs !

Des paillettes et de la danse

Ryan Murphy s’est fait plaisir en produisant et réalisant l’adaptation de ce spectacle qui s’est joué à Broadway en 2018. Il faut dire que derrière le message pro-LGBT et la critique de l’homophobie provinciale, The Prom regorge de clins d’œil à l’attention des amoureux des comédies musicales (ahh ce numéro de Nicole Kidman en hommage à Bob Fosse et son Chicago). Quitte aussi à dézinguer avec beaucoup de second degré les petites dérives de cette industrie et de leurs têtes d’affiche.

Même si la mise en scène peu subtile flirte plus avec un épisode XXL de Glee qu’avec les grands classiques du genre, Ryan Murphy a au moins eu le mérite d’injecter tout ce que les fans de musicals veulent voir. Du glamour, de la paillette, du clinquant. Il ne manque pas un sequin dans chaque robe… C’est beau, c’est kitsch, ça pète, ça vrille dans le plus pur esprit du musical. Les numéros de danse des bals sont parfaits. Il n’y a pas une mèche de cheveu laquée qui dépasse. On saluera les performances des danseurs de la scène finale… On ne vous en dit pas plus !

Un discours militant

Certains grincheux ont reproché à Ryan Murphy le manque de diversité dans le casting. C’est vrai qu’on voit beaucoup plus de personnes LGBT parmi les figurants que parmi les têtes d’affiches pour un film franchement gay. Rappelons que les deux jeunes actrices qui jouent les excellentes Emma (la révélation Jo Ellen Pellman) et Alyssa (interprété par Ariana DeBose qu’on retrouvera très vite dans le remake de West Side Story réalisé par Steven Spielberg !) sont lesbiennes et que Andrew Rannells (qu’on a vu dans The Boys in the Band) est gay. C’est lui, le chanteur de la scène la plus folle du film (« Love Thy Neighbor ») où il explique les aberrations de suivre littéralement les textes de la Bible tel qu’ils sont enseignés en Indiana, lieu du film…

Ce film fait du bien. C’est un véritable cadeau de Noël que Ryan Murphy offre aux gays. On attend déjà sa mini-série sur le couturier gay Halston avec Ewan McGregor, prévue pour 2021… Prolifique, il est !

The Prom, un film de Ryan Murphy
À voir sur Netflix

Tu en veux encore ?