Témoignages : « Mon mec est plus cultivé que moi et je complexe »

Votre chéri est une encyclopédie sur pattes. Même s’il n’étale pas sa science à longueur de discussions, vous êtes souvent largué… Nos témoins vivent plus ou moins facilement le décalage qui existe avec leur mec au sujet de ce qu’on appelle la « culture générale » !

Publié le

Quand Matthew (42 ans, de Londres) a rencontré son chéri, il a été ébloui : « Et pour cause, mon chéri est professeur de littérature au King’s College à Londres. C’est ce qu’on appelle en France, un puits de culture. Il a un avis sur à peu près tous les sujets et surtout, il a une argumentation sensée à chaque fois. Du coup, je l’écoute et j’adore ça… » Qu’en est-il sur la durée ? Est ce qu’on est toujours aussi admiratif quand on s’aperçoit que, soi-même, on n’a pas toujours quelque chose à dire sur pleins de sujets… Nos témoins ne le vivent pas forcément mal, mais petit à petit s’instaure comme un air de petit complexe.

À l’instar de Pierre (36 ans, de Strasbourg) : « Mon homme est passionné d’histoire. C’est un peu chiant, parce qu’on peut parler d’histoire sur à peu près tous les sujets. Même la bouffe, mon domaine de prédilection… Imaginez qu’il me raconte l’histoire des tomates en France pendant que je lui prépare une bolognaise ! Fatiguant à la longue. Et complexant… »

« J’évite de l’ouvrir ! »

Du coup, Pierre ne dit rien et écoute. Mais on sent bien qu’il est un peu agacé : « Je ne demande pas qu’il se taise. Mais juste qu’il comprenne que ces histoires ne m’intéressent pas toujours. Franchement, ça intéresse qui de savoir pourquoi on appelle certaines toilettes « à la turque » ? Il m’en a parlé pendant une heure ! » Pour Sébastien (29 ans, de Meaux), le plus difficile reste les diners entre amis : « Mon mari travaille dans une maison d’édition. Quand il m’annonce que des amis à lui viennent diner, c’est la panique. Ils vont parler “livres” toute la soirée à force de références ou de citations… Je vais m’ennuyer et ça va se voir. J’angoisse quand un de ses potes, de bonne volonté, me demande mon avis sur un auteur que je ne connais absolument pas… Le “Qui reprendra du dessert ?” ne marche qu’un fois… »

« Je bifurque sur mes domaines à moi ! »

Saïd (45 ans, de Barcelone) a trouvé le moyen de se sortir de ces situations où il sent bien seul : « Quand mon époux a décidé de parler politique, c’est son dada, je change de sujet systématiquement. Je fonce sur la mode ou le cinéma. Ça a un chic pour le déstabiliser et lui montrer que ses histoires d’élections me saoulent. Une fois, il a essayé de m’embarquer sur le cinéma de Costa-Gavras, je lui ai demandé s’il avait réalisé un Marvel. Je savais qui était Costa-Gavras, mais au moins, mon homme m’a lâché… Il a compris. Du coup, on essaye de trouver des terrains neutres de discussions et on rigole quand l’un d’entre nous bifurque sur son domaine préférée… » L’humour comme arme de dissuasion, c’est plutôt original. Attention quand même à ne pas passer pour l’idiote de service en zappant trop facilement votre cher et tendre !

« Je demande… »

Certains ont décidé d’accepter leurs lacunes et posent les questions quand ils ne savent pas. C’est le cas de Charles-Antoine (23 ans, de Paris) : « Mon mec a 20 ans de plus que mois. Il connaît naturellement beaucoup plus de choses qui moi, c’est évident. Quand je ne sais pas de quoi il parle, je lui demande. Il a pris l’habitude de me répondre en étant très pédago, comme un professeur et j’ai l’impression de m’enrichir intellectuellement tous les jours à ses côtés. Mais qu’on ne se méprenne pas, quand mon chéri se retrouve devant un bug informatique, qui est le super doué des deux ? C’est moi. »

Une relation en win-win, quoi ! Échange de bon procédés. Et ce n’est pas pour déplaire à François (51 ans, de Bègles) : « Mon mari est capable de comprendre n’importe quel film de Christopher Nolan. Il m’explique… Moi, je peux deviner quelle épice il y a dans n’importe quelle sauce… Chacun son truc. Et surtout, aucun de nous deux n’est supérieur à l’autre parce qu’il sait. On vaut mieux que ça ! » L’amour, c’est beau l’amour !

Tu en veux encore ?