L’ancien rugbyman Gareth Thomas lance une campagne contre la s√©rophobie

Cet ancien joueur de rugby gallois est ouvertement out et séropositif. Aujourd’hui, il lance une campagne pour lutter contre la sérophobie.

Publié le

Gareth Thomas avait révélé sa séropositivité l’année dernière. Une personne malveillante menaçait, en effet, de le outer. Dans une vidéo très émouvante publiée sur Twitter, l’ancien joueur de rugby avait déclaré :

« C’est mon secret, c’est à moi de vous le dire. J’ai confiance en vous. Je vis avec le VIH. Maintenant que vous avez cette information, cela fait de moi quelqu’un d’extrêmement vulnérable, mais ça ne fait pas de moi quelqu’un de faible. »

Pour faire évoluer les mentalités et stopper la sérophobie, il lance aujourd’hui la campagne Tackle HIV en partenariat avec la société pharmaceutique ViiV Healthcare. Il souhaite éduquer le grand public sur les questions liées au VIH et limiter la stigmatisation et la discrimination dont sont encore victimes les personnes séropositives.

Pour donner encore plus de force à la campagne, il a décidé de mettre en avant son propre couple, un couple sérodiscordant à la sexualité complètement épanouie. « Mon mari est séronégatif et nous avons une vie sexuelle active, explique-t-il à Attitude. Il y a tellement de personnes qui en sont la preuve vivante et pourtant les gens préfèrent croire encore aux mythes d’il y a 20, 30 ans. Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur le VIH et tenez-vous au courant des dernières actualités. »

Gareth Thomas rappelle ainsi qu’il est important de s’informer sur le virus et d’arrêter les stigmatisations et les idées reçus sur la transmission du virus. Tout le monde devrait avoir en tête la notion : Indétectable = Intransmissible.

« Si tu es informé, tu sais qu’une personne séropositive sous traitement n’a aucun risque de transmettre le virus. »

Gareth Thomas appelle aussi la communauté LGBT à être plus tolérante et bienveillante envers les personnes séropositives et à participer activement à l’information autour du VIH. Nous avons tous à y gagner !

Tu en veux encore ?