√Čric Lanuit, le photographe qui aime le poil

Photographe esth√®te, √Čric Lanuit explore la beaut√© masculine √† travers sa passion pour l‚Äôhomo-√©rotisme. Cr√©ateur des magazines ¬ę¬†Character¬†¬Ľ et ¬ę¬†Men Addicted¬†¬Ľ, il propose √† partir du 12 mars 20202 ¬ę Bearded ¬Ľ une exposition de photos tr√®s barbues au centre LGBTI de Lyon. Rencontre.

Publié le

Tu viens du monde de la mode. Est-ce que ton esthétique s’inspire de ces années ? 

À l’âge de 10 ans déjà, j’économisais mon argent de poche pour acheter Vogue et Harper’s Bazaar. Je me suis nourri très jeune d’images de mode des plus grands photographes. Mais je ne pense pas que mon travail et mon esthétique d’aujourd’hui s’inspirent à proprement parler de l’époque où je travaillais dans la mode. Elle en fait partie dans un ensemble de choses, d’influences, comme mon éducation, mes lectures, la musique que j’écoutais, le cinéma que j’allais voir…

Tes modèles sont très virils… Ils n’hésitent pas à s’exhiber.  Comment parviens-tu à les mettre en confiance ?

Franchement, je ne sais pas et je n’ai pas de recette (rires). Mais j’imagine que cela vient du fait que je suis très respectueux avec mes modèles. Je n’ai jamais un regard ou un geste qui pourrait être mal interprété. Je suis en fait extrêmement concentré sur l’image que je veux faire, le cadrage, la lumière, l’ambiance… Je ne les vois qu’à travers mon objectif, comme l’élément d’un tout. Je pense qu’ils sentent qu’il n’y a aucun voyeurisme de ma part mais juste l’œil de l’artiste, et j’imagine que c’est cela qui les met en confiance. Ensuite mes modèles se connaissent souvent les uns les autres et ont rapidement fait ma réputation d’une personne sérieuse et de confiance.

Que raconte ton exposition « Bearded »que l’on peut voir à partir d’aujourd’hui au Centre LGBTI de Lyon ? 

L’Association Grrrizzlyon m’a demandé de participer à l’un de leurs Apéro Bear. J’ai choisi d’exposer une sélection de mes portraits d’hommes barbus, d’où le titre de l’exposition BEARDED. On y retrouve des œuvres des séries UNIFORMS AND FANTASIES et RENAISSANCE, ainsi que des portraits comme ceux de Mr Bear Europe 2019 et Mr Otter 2019.  J’ai fait cette sélection d’œuvre en fonction du public de cette exposition éphémère. Bien sûr, je ne photographie pas uniquement des hommes ou des garçons barbus et je n’ai d’ailleurs aucun critère particulier dans le choix de mes modèles. Leur âge va de 18 à 60 ans, avec ou sans poil, imberbe ou barbu, mince, musclé ou enrobé, d’origine différentes… Je recherche avant tout une « gueule » qui m’inspire pour raconter une histoire. Mais il est vrai que depuis que j’habite à Lyon, je me suis lié d’amitié avec des personnes des associations Bear et Fetish. J’ai, de ce fait, photographié beaucoup de garçons de ces deux communautés.

Quels sont tes plus beaux souvenirs de shooting ?

J’ai malheureusement peu de mémoire et j’ai fait beaucoup de shootings (rires)… Et puis je ne voudrais privilégier aucun modèle par rapport à un autre… Cependant, je pense que mes meilleurs souvenirs sont les shootings réalisés avec des modèles qui posaient pour la première fois. Ils ont une inconscience de leur beauté et de leur charme, une spontanéité, une sorte d’innocence ou une timidité qui me touchent particulièrement. 

Quels sont les photographes qui t’inspirent aujourd’hui ? 

Aucun en fait. C’est dans la peinture, le cinéma et la musique que je trouve mon inspiration. Je suis plutôt les photographes dont le travail est très différent du mien, je ne veux être influencé par aucune mode.

As-tu des projets ?

Il est prévu que je fasse les portraits de tous les candidats à l’élection de Mr Bear Europe 2020 qui se tiendra à Lyon en Mai et qui donnera certainement lieu à une exposition. Encore des barbus (rires) ! Je travaille également sur une série de natures mortes. C’est un nouvel exercice très agréable et qui s’inscrit parfaitement dans mon travail car il exige une rigueur esthétique, presque maniaque qui me va très bien. Je les présenterai avant l’été avec mes derniers portraits, au cours d’une exposition privée à la maison comme l’an passé. J’ai aussi été nommé avec 14 autres photographes pour faire partie de l’exposition Morepixx (Exposition Internationale de Photographie Gay Fetish) qui a eu lieu à Anvers le week-end dernier, et qui sera montée à Amsterdam durant la Gay Pride et à Berlin durant la Folsom.

Vous pouvez suivre et retrouver le travail de Éric Lanuit sur Instagram, ou sur son site www.ericlanuit.fr.

Apéro Bear « Bearded » le 12 mars : exposition photo au centre LGBTI, 12 rue des Capucins, Lyon (1er)  

Tu en veux encore ?