En direct du vestiaire… avec les judokas LGBT de Judo Makoto

Vous cherchez un sport résolument physique ? Pourquoi pas un sport de combat ? Mais vous voulez qu’il soit empreint de respect et discipline ? Le judo est peut-être fait pour vous. Nous avons assisté à un entrainement des judokas LGBT de l’association Judo Makoto.

Alternative Text Par Jock • Publié le

Nous nous sommes rendus au Gymnase Georges Rigal dans le 11e arrondissement de Paris pour rencontrer les judokas de Judo Makoto. Et nous avons été carrément surpris : habitués que nous étions de voir les performances de brutasses à la Teddy Riner, quelle n’a pas été notre surprise de voir que ce sport s’ouvrait à tous les formats, même les plus modestes. Et ne croyez pas qu’un garçon fluet soit désavantagé. Bien au contraire, il vole, virevolte, saute comme personne… Il suffit de voir Nicolas, une vraie petite boule de nerfs sur le tatami… Redoutable dans les étranglements.

L’équipe de Judo Makoto est la seule équipe de judo LGBT au monde. Elle est ouverte à toutes et à tous, quelques soient le niveau. Les entrainements sont prodigués par Virginie, une coach a priori super cool, mais qu’il ne faut pas trop chatouiller. Pour permettre à tous d’évoluer facilement, elle divise ses groupes en couleurs de ceintures : les blancs-jaunes, d’un côté et les gradés, ceux qui ont des ceintures qui font peur, les noires et les marrons, de l’autre… Au judo, on parle de gradé !

Un sport tout en politesse…

Tout au long de cet entrainement, nous n’avons vu que respect, fair-play, bienveillance. Et ça commence dès l’arrivée sur le tatami. On se salue au judo. Et pas qu’une fois. C’est le rei : une salutation debout, le ritsurei, puis à genoux, le zarei… Même lorsque les judokas entament un combat, ils font le salut du dojo…

Lors de la première partie de l’entrainement, pour l’échauffement, on s’aperçoit très vite que la bonne maitrise du mouvement est primordiale. Il est décortiqué, comme pour la danse. Rien n’est fait à la légère. Ça rend ce sport encore plus beau. On a vu des exercices qui ressemblaient presque à du tango… Et tout ça dans la bonne humeur qui semble caractériser le Judo Makoto.

Parler japonais

Les néophytes que nous sommes, avons eu quelques problèmes de compréhension au début de la séance : le judo a gardé (et respecte) son vocabulaire ancestral. Ici pas de francisation dans la pratique de ce sport. Virginie, absolument bilingue en judokaponais, prend le temps d’expliquer, le uchi-mata par exemple. Et quand elle lance à un participant : Â« T’as essayé de me faire quoi ? Â», elle réexplique patiemment après son mate (à prononcer maté) de fin d’exercice. Même si le judo semble un sport très physique a priori, on sent que la sécurité des judokas est importante. Pour preuve la série de chutes que chacun fait en début d’entrainement. Et malheur à la mouche qui se retrouverait entre le bras d’un judoka et le tatami pendant une chute… 

Sexyness…

Avant de venir, nous n’avions pas une image très fashionista du kimono. On ne le trouvait pas très glamour. Il a suffi que nous assistions à cet entrainement pour le trouver beaucoup plus sexy qu’on ne le pensait. Les judokas ont une façon d’attraper leur partenaire par le col qui est terriblement suggestive. Voire carrément homoérotique quand ils tirent la veste de leur kimono et qu’un joli torse apparaît. Nous avons été particulièrement émus lorsque les judokas font des prises et que leurs corps ne fait qu’un… Tout en douceur… Mais Virginie veille à la tenue de ses équipiers : Â« Rhabillez-vous avant de saluer. On ne salue pas débraillé ! Â». Une mère, on vous dit !

Comment s’inscrire ?

Envie de participer ? Intégrer l’équipe de Judo Makoto en cours d’année peut être difficile pour certains. Pourquoi ne pas envisager une inscription pour septembre 2020 et en attendant cette échéance, venir assister aux prestations des judokas au Tournoi International de Paris (TIP) le 30 mai au Gymnase La Plaine (Paris 15e). Pour vous inscrire en septembre, il suffira de vous rendre sur la page Facebook de Judo Makoto (www.facebook.com/makotoassociation/) ou d’envoyer un message à contact@judo-makoto.fr. L’adhésion ne coûte que 70 euros l’année (auxquels il faudra ajouter 40 euros d’assurances). 

Tu en veux encore ?