« Demain nous appartient » : le coming out très touchant de Jack à sa mère

Mercredi soir, les téléspectateurs de la série quotidienne de TF1 ont pu assister au coming out très émouvant du personnage de Jack

Publié le

Depuis quelques mois, les feuilletons quotidiens de TF1 jouent à fond la carte de la visibilité LGBT que ce soit dans « Demain nous appartient » et surtout dans son spin-off Ici tout commence qui regorge de personnages queers et d’intrigues homos. En début de semaine, nous vous parlions d’ailleurs du couple emblématique Greg-Eliott, incarné par Mikaël Mittelstadt et Nicolas Anselmo, élu meilleur couple aux Soap Awards 2021. Mais mercredi 15 décembre, c’est dans Demain nous appartient que les téléspectateurs ont pu assister à une séquence extrêmement touchante : le coming out de Jack à sa mère

Depuis quelques épisodes, en effet, la série s’attaque au douloureux sujet du harcèlement scolaire. C’est d’abord Lizzie qui est victime de grossophobie sur les réseaux sociaux ce qui l’amènera à tenter de commettre l’irréparable. Deuxième victime, son frère Jack (Dimitri Fouque), un lycéen gay qui n’a pas encore fait son coming out à tout le monde. Lui-aussi est victime de cyberharcèlement de la part d’un mystérieux corbeau qui le menace avec une vidéo compromettante. Jack se trouve obligé d’en parler officiellement à tous ses camarades et surtout à sa famille.

Dans l’épisode diffusé hier soir, Jack prend son courage à deux mains et fait son coming out à sa mère. Elle le rassure et lui montre son soutien car Jack pensait qu’elle serait déçue que son fils ne soit pas « comme les autres ». Elle le réconforte avec des mots exemplaires. « On t’aime tous très fort, comme tu es« . Une belle leçon de tolérance qui pourra trouver écho chez les jeunes LGBT et leurs parents qui regardent le programme.

Découvrez un extrait de la discussion entre Jack et sa mère :

Tout n’est malheureusement pas terminé pour Jack qui continue de subir le harcèlement et de l’homophobie du « cordeau » qui a vandalisé la façade de son appartement. À suivre….

Tu en veux encore ?