Amanda Lear et Michel Fau redonnent vie à Joan Crawford et Bette Davis au Théâtre de la Porte Saint-Martin

C’est l’une des bonnes surprises de la rentrée théâtrale. « Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford ? » raconte les coulisses du tournage du film culte de Robert Aldrich, « Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? ». Amanda Lear et Michel Fau se partagent l’affiche au Théâtre de la Porte Saint Martin à Paris.

Publié le

On ne va pas se mentir : quand nous avons appris qu’Amanda Lear remontait sur les planches, alors qu’elle avait juré que « c’était fini ! » , nous étions un peu dubitatifs. C’est l’acteur Michel Fau qui l’a convaincue. Il voulait à tout prix jouer avec elle. Il lui a bien présenté quelques textes (dont un de Tennessee Williams), qu’elle a balayés de la main… Mais quand il lui a proposé d’incarner Joan Crawford dans la pièce de Jean Marbœuf (créée en 2008), elle s’est ravisée et s’est jetée à corps perdu (littéralement) dans le rôle. Et le résultat est assez bluffant. C’est très drôle, efficace. Michel Fau joue une Bette Davis incroyablement crédible. Et Amanda Lear, traverse la pièce sans accrocs, comme si le rôle de la détestable Joan Crawford l’avait inspirée bien au-delà des espérances de l’actrice elle-même.

Un film, une pièce, une série…

Le film Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? (1962) est très vite devenu culte. Il vaudra à Bette Davis une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice (qu’Anne Bancroft lui raflera sous le nez…). Réalisé par Robert Aldrich, il raconte la relation pleine de perversité entre deux sœurs, dont l’une, ancienne gloire d’Hollywood, a perdu l’usage des deux jambes suite à un accident. Mais au-delà du film en lui-même, ce sont les coulisses du tournage qui ont marqué les esprits. Bette Davis et Joan Crawford se détestaient autant que leurs personnages. Il régnait ainsi sur le plateau une ambiance électrique. Les deux actrices, qui n’avaient pourtant plus la côte à Hollywood, jouaient aux divas et pourrissaient toutes les intentions du réalisateur.

La pièce Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford nous fait revivre ce tournage très tendu sous la forme d’une correspondance fictive entre les deux stars hollywoodiennes… Les dialogues sont acerbes, parfois cruels mais d’une méchanceté drôle qui peut être touchante…Pour la petite histoire, Ryan Murphy a aussi raconté les coulisses de Baby Jane, dans la série Feud (en français « Querelle ») que l’on peut voir sur Disney+. Joan Crawford est interprétée par Jessica Lange et Bette Davis par Susan Sarandon.

Amanda Lear : une « mauvaise » impeccable

Joan Crawford avait 58 ans quand elle a joué dans Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? Amanda Lear aurait entre 72 et 82 ans en fonction de ses différentes déclarations… On aurait pu se poser la question de la différence d’âge entre la star hollywoodienne et elle. Mais dès sa première apparition sur scène, tous les doutes s’estompent. Elle a même troqué son légendaire brushing blond contre une perruque brune qui lui va, décidément très bien. Elle enchaine les phrases vachardes sans sourciller et donne la réplique parfaitement à un Michel Fau complètement dans son élément. Même quand elle chante à la fin de la pièce, on sent la Joan Crawford qui est en elle. Elles se ressemblent beaucoup…

Michel Fau ajoute une diva à son répertoire

En se donnant le rôle de Bette Davis, Michel Fau renoue avec les divas de son Récital emphatique qu’il a joué en 2011. Et ce dès la première minute de la pièce où il apparaît en robe verte, hilarant. La plupart des moments très drôles de la pièce sont d’ailleurs de son fait, le glamour étant attribué à Amanda Lear. Mais à aucun moment, l’acteur ne prend le dessus sur sa partenaire. On sent le respect entre les deux interprètes, même quand ils s’envoient les pires vacheries… Courez voir cette pièce, au moins pour la scène où Michel Fau déclame son texte en robe de petite fille : ce passage est déjà d’anthologie…

« Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford ? » de Jean Marbœuf, mis en scène par Michel Fau. Jusqu’au 24 octobre au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Tu en veux encore ?