La PreP : c’est pour moi ?

La PrEP √©tait pr√©vue, d‚Äôabord, pour les gays s√©ron√©gatifs qui √©taient en situation d‚Äôexpositions fr√©quentes au VIH. Les recommandations m√©dicales ont √©volu√© et la PrEP s‚Äôadresse d√©sormais √† tous les gays, quelle que soit l’activit√© sexuelle et son intensit√©.

Publié le

La PrEP, c’est pour qui ?

Quand la PrEP est arrivée dans le monde de la prévention contre le VIH, seuls les gays séronégatifs qui étaient fortement exposés aux risques de contamination, pouvaient être candidats à la prescription du traitement. Les très bons résultats en matière d’efficacité et de tolérance du médicament permettent aujourd’hui d’envisager une généralisation de la PrEP à l’ensemble des gays.

Dès lors que vous êtes séronégatif au VIH, que vous soyez amené à ne pas utiliser le préservatif (ou que vous en ayez envie), vous pouvez choisir la PrEP comme outils de prévention contre le VIH.

Lors d’une première consultation médicale (au sein d’un service dédié en hôpital, dans un centre de dépistage (CeGIDD) ou même chez votre médecin), vous ferez un bilan sanguin qui vérifiera que vous ne souffrez pas d’insuffisance rénale, seule contre-indication à la PrEP. Vous déciderez alors avec le médecin, quel schéma de prise vous allez choisir : en continu (un cachet tous les jours) ou à la demande (en fonction de votre activité sexuelle).

La prescription de la PrEP est prise en charge par la Sécurité Sociale. Si vous êtes bénéficiaire de l’aide médicale d’état (AME), vous pourrez avoir accès gratuitement à la PrEP. Si vous n’avez aucune couverture sociale, privilégiez les CeGIDD qui vous prendront entièrement en charge.

Enfin, la PrEP est accessible aux mineurs de plus de 15 ans. Si vous êtes dans cette situation et que, pour des raisons de confidentialité, vous ne voulez pas que vos parents soient au courant de votre prise de PrEP, les CeGIDD préservent l’anonymat des bénéficiaires de la PrEP.

Quelle que soit votre activité sexuelle.

On a longtemps considéré que les utilisateurs de la PrEP avaient une activité sexuelle plus intense et fréquente que la moyenne.

La PrEP est recommandée aujourd’hui à tous les gays et ce, quelle que soit leur activité sexuelle, leurs pratiques ou leur nombre de partenaires, dès lors qu’ils désirent la prendre. Pour les personnes qui ont très peu de partenaires, la PrEP à la demande peut être une bonne protection. En fait, que vous soyez adeptes de plans à plusieurs qui durent longtemps, que vous aimiez particulièrement les sex-clubs ou autres saunas, que vous vouliez vous accorder une semaine de vacances en toute liberté sans préservatif, ou que vous ayez envie tout simplement d’avoir le choix de votre moyen de prévention en fonction de vos éventuels prochains rapports sexuels, la PrEP est pour vous… La PrEP est pour tout le monde.

PrEP et capote, c’est possible.

On imagine trop souvent que la personne sous PrEP n’utilise que la PrEP comme moyen de prévention. Dans la réalité, la PrEP vous offre la possibilité d’associer plus facilement avec d’autres outils comme le préservatif. Elle vous permet d’adapter votre prévention à vos envies et à la situation.

Si vous décidez d’abandonner (même un moment) la PrEP pour revenir au préservatif, il vous suffira de respecter les schémas de prise du traitement quand vous aurez décidé d’arrêter, puis de revenir à la PrEP. C’est assez simple d’alterner PrEP et capote quand on a intégré la façon de prendre la PrEP. Et la protection reste optimale dans chacun des cas. Et bien sûr, si pour une raison particulière, vous avez des doutes sur les périodes d’effets de la PrEP (vacances, traitement oublié, ou trou de mémoire tout simplement), optez pour le préservatif le temps que tout revienne en ordre avec la PrEP.

Plus d’informations sur sexosafe.fr

Tu en veux encore ?