Témoignages : « Ce jour où j’ai rencontré ses parents »

La rencontre des beaux-parents reste toujours un moment important dans la vie d’un couple. L’événement est redouté par beaucoup, et pourtant, il se passe généralement bien et signe souvent le début d’une relation forte avec la belle-famille…

Publié le

Ils ont peur de ce moment. Ils s’y sont préparés. Ils ont essayé de faire la meilleure impression possible. Nos témoins ont vécu la rencontre avec les beaux-parents comme une étape supplémentaire dans leur amour. Rodrigue (32 ans, de Toulouse) s’en souvient comme si c’était hier : « Mon chéri m’a annoncé que ses parents arrivaient de Bordeaux, ville dont il est originaire, pour le week-end. Ça a été la panique. J’ai commencé à flipper. Je me suis dit que si je ne leur plaisais pas, on allait droit dans le mur dans notre relation. J’étais un peu bête, j’avoue ! » Car une fois la date de la rencontre annoncée, on veut naturellement que tout se passe le plus merveilleusement possible…

« Je me suis renseigné sur eux ! »

Comme Rodrigue, Jean-Louis (53 ans, Colmar) a flippé comme un fou à l’idée de rencontrer sa belle-mère : « Mon chéri m’avait parlé de sa mère pendant des mois. Elle avait l’air terrible. Du coup, pour dédramatiser la situation, j’ai posé pleins de questions à mon homme pour la connaître un peu plus. Pour connaître ses gouts… Du coup, on a parlé beaucoup théâtre et nous avons évité la politique… Ça s’est très bien passé… »

C’est vrai que se trouver des points communs avec sa belle-mère (ou son beau-père) peut être utile ! Laurent (46 ans, de Quimper) se rappelle : « Quand elle est arrivée, elle ne m’a pas calculé. Elle ne parlait qu’à son fils… Jusqu’au moment où il lui a dit que j’avais vécu 6 ans en Italie, près de Gênes, là où elle était née. On a parlé en italien pendant toute la journée. Depuis, on s’adore ! »

« Je me suis fait beau ! »

On veut tous faire bonne impression pour la première rencontre. Le tee-shirt avec Madonna ou Tom of Finland, on évite… Damien (22 ans, Vincennes) se souvient de sa rencontre avec les parents de son chéri : « Mon mec vient de Versailles. Et sa famille est très Versaillaise. J’ai dû faire des efforts vestimentaires. Même mon chéri a été surpris de me voir en chemise toute repassée ! »

Pour beaucoup, une bonne présentation ne se limite pas à un look de gendre idéal. Rodrigue a dû faire beaucoup d’efforts : « J’ai l’habitude de féminiser beaucoup les choses. Et on peut dire que j’ai tendance à utiliser énormément de mots assez vulgaires quand je parle. Mon homme avait vraiment peur que je ne me contrôle pas. Le jour de ma rencontre avec mes beaux-parents, je n’ai pas fait une fausse note… »

« J’ai assuré ! »

Pour Toky (26 ans, La Rochelle), l’événement était très important : « Mon chéri avait décidé de nous réunir pour les fêtes de fin d’année. Je suis croyant et j’ai l’habitude d’aller à la messe de minuit. Je ne savais pas si mes beaux-parents pratiquaient. C’est la grand-mère de mon chéri qui m’a demandé si je voulais l’accompagner pour aller jusqu’à l’église. Ce que j’ai accepté. Nous avons passé trois heures tous les deux seuls. A notre retour de la messe, je faisais partie de la famille… La matriarche avait parlé et personne ne pipait mot. Si j’avais sa bénédiction, ça voulait dire que j’étais digne de fréquenter leur fils… »

Lyes (31 ans, de Paris) appréhendait vraiment la rencontre avec les beaux-parents : « J’avais préparé ce fameux déjeuner à la maison : les petits plats dans les grands ! Tout s’était bien passé même si je ne savais pas vraiment ce qu’ils pensaient de moi. On a reçu un appel téléphonique quelques minutes après leur départ. Ils étaient en panne à 10 kilomètres de chez nous… Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que mon père était garagiste et qu’il m’avait transmis son talent pour la mécanique. J’ai réparé la voiture de mes beaux-parents en cinq minutes. J’étais devenu le gendre idéal… » Modern Family, quoi !

Tu en veux encore ?