En direct du vestiaire… avec les rugbymen LGBT des Coqs Festifs Rugby Club

Besoin de vous défouler après une dure semaine de boulot ? Envie de vous lâcher à fond, de faire partie d’une équipe, de crier et de rire… Ne cherchez-plus. Le rugby est fait pour vous… Nous avons assisté à un entraînement des Coqs Festifs Rugby Club.

Alternative Text Par Jock • Publié le

On ne va pas se mentir, quand on parle de rugby, on pense d’abord à un sport assez violent dont on ne comprend pas forcément les règles. Et puis, les images du calendrier des Dieux du Stade viennent à l’esprit. On devient alors beaucoup plus fan. On a voulu voir nos Dieux du Stade à nous…

D’autant qu’on a été frustré, l’an dernier aux Gay Games à Paris, quand on a vu que le rugby ne faisait pas partie des sports sélectionnés. Et pour cause, nos rugbymen ont participé, la même année, à la Bingham Cup à Amsterdam, la coupe du monde du rugby LGBT. Le nom de ce championnat vient de celui de Mark Bingham, rugbyman gay, l’un des héros du vol UA93, qui s’écrasa en Pennsylvanie le 11 septembre 2001 (il sera joué par Cheyenne Jackson dans le film United 93). Jock a donc décidé de rencontrer nos rugbymen au Stade Pershing (Paris 12e). Que du bonheur !

Crédit : Nicolas Maille

Des nounours dans un monde de brutes…

Le plus surprenant quand on assiste à un entrainement des rugbymen, c’est les différences de profils des joueurs. Des jeunes, des un peu moins jeunes, des minces, des mastodontes… Et tout ce petit monde joue sans qu’on ne sente le moindre problème. Bien sûr, on a été interpelé par les carrures de Fady et d’Alex, mélanges de Hulk et de Sébastien Chabal.

Mais Alban nous a tout de suite rassurés : « Chacun a son rôle dans l’équipe, Fady et Alex sont là, comme un mur indestructible, d’autres beaucoup plus minces sont extrêmement rapides et filent avec le ballon plus facilement… » Et à les observer, on s’est vite rendu compte que ceux qui nous inquiétaient par la taille de leurs épaules étaient de vrais tendres nounours, attentifs aux autres, beaucoup moins agressifs qu’on aurait pu l’imaginer…

Crédit : Nicolas Maille

« Il est où le soutien ? Â»

C’est la phrase qu’on a entendu le plus pendant cet entraînement. Quand on a le ballon au rugby, on le garde rarement pour soi. On cherche un « soutien Â». Parce que c’est un fait, le rugby est vraiment un sport d’équipe. On a beau être le plus technique, si on a un comportement individuel, on ne passe pas souvent la première ligne. Chaque joueur est important et peut être le héros de la rencontre. Et c’est là toute la beauté de ce sport. Contrairement à d’autres sports … Au rugby, on partage.

Crédit : Nicolas Maille

Autre point de ce sport : on aime la boue… Ne venez pas au rugby pour jouer aux stars avec votre tenue nickel blanche. Elle ne survivra pas à un seul entrainement. C’est l’autre enseignement de notre passage chez les Coqs Festifs : la simplicité est de rigueur ! On joue pratique avant tout. Solidarité et simplicité.

Crédit : Nicolas Maille

« Vous me faites une cocotte ! Â»

Nous n’étions, avant de venir, pas très familiers des règles du rugby. Nous avons très vite compris que c’était physique. L’échauffement, prodigué par Arnaud et Bobosse, c’est pas de la rigolade.. Et qui se risquerait à déconner, récolterait une série de pompes à faire illico ! A croire que certains les aiment, les pompes…

Crédit : Nicolas Maille

Nous avons également tout compris du « pic and go Â» : l’action qui consiste à ramasser le ballon dans un regroupement et à repartir droit devant soi. Pareil pour la « cocotte Â», même si on n’était pas sûr de savoir pourquoi le coach sifflait… On a adoré cette séance d’entraîinement. Il était clair que les garçons prenaient du plaisir. Même s’ils portaient un protège-dent, ils s’éclataient. Et le protège-dent peut être homo-érotique dans une mêlée… 

Crédit : Nicolas Maille

Comment s’inscrire ?

Envie de participer ? Envoyer un message à Alban sur  www.facebook.com/lescoqsfestifs/ pour vous inscrire à un entrainement d’essai. Si cet essai est concluant, vous pourrez adhérer à l’association Les Coqs Festifs. L’abonnement annuel est de 90 euros (45 euros seulement en tarif réduit pour les demandeurs d’emploi et les étudiants…). Il y a même un abonnement « supporter Â» à 20 euros l’année pour pouvoir assister aux entraînements.

Tu en veux encore ?