TĂ©moignages : « Pourquoi j’adore les Bears »

Alternative Text Par Jock ‱ PubliĂ© le

De la rondeur assumĂ©e, souvent du poil, dense ou tondu, avec une barbe ou sans, le Bear est beaucoup plus qu’un clichĂ© physique sensĂ© nous exciter. Il est aussi une attitude forte pleine de second degrĂ©. Pour preuve, le slogan des Ours de Paris Ă  la Marche des FiertĂ©s : « On est gros, on est pĂ©dĂ©s, on est des gros pĂ©dĂ©s ! Â». Vous l’aurez compris, pas besoin de chercher longtemps pour trouver des raisons d’aimer les bears !

Parce qu’il y en a pour tous les goĂ»ts

Olivier (31 ans de Nantes) adore les Bears : Â« Tous les Bears ! Un jour, je vais craquer pour un daddy-bear et son look de bucheron. Le lendemain, un Chubby va me faire fondre avec sa gĂ©nĂ©rositĂ© pondĂ©rale (il rit). Je ne parle jamais de poids quand je parle des Bears. Ils sont bien au-dessus de ça ! Avec eux, je change de style Ă  chaque plan et c’est ça qui m’excite. Je trouve qu’il y a autant de type de Bears qu’il y a de Bears. Pour moi, c’est le bonheur ! Â»

Loutre, Cub, Chubby, Muscle-Bear… Le Bear se dĂ©cline Ă  volontĂ© et c’est bien lĂ  sa force. Et Olivier de rajouter : Â« Ce qui me plait encore plus, c’est qu’il n’y a pas de sĂ©grĂ©gation au sein des Bears ! Â»

Parce que ils sont rassurants

On ne va pas tourner autour du pot, on se sent bien dans les bras d’un Bear. Hicham (29 ans de Nanterre) confirme : Â« J’aime le poil et j’aime aussi que le mec avec qui je suis soit un peu enrobĂ©. Et pourtant, je n’attire que les crevettes
 Et leurs complexes : â€œSuis pas assez gros ! Suis trop fragile ! Il faut que je me muscle
“Les maigrichons et leurs problĂšmes existentiels me fatiguent. Depuis que j’ai rencontrĂ© mon dodu de mari, on s’en fout et surtout, on vit ! Â» Parce que les Bears sont souvent des Ă©picuriens. Ils le montrent. Il suffit de passer une soirĂ©e dans un bar Bear pour se rendre compte Ă  quel point ils aiment la vie. Ils rient de tout, et souvent de rien
 Ils se passionnent. Ils Ă©coutent. Une vraie « Positive attitude Â» ! Rassurante.

« Au mĂȘme titre qu’un hĂ©tĂ©ro ne dit pas “pĂ©dĂ©â€œ Ă  un gay, une crevette ne dira pas “ma grosse“ Ă  un bear ! Je ne suis pas grosse, j’ai les os Ă©pais !

Parce qu’ils sont drîles

Qui dit Bear, dit souvent gros. Et la sociĂ©tĂ© n’est pas trĂšs tendre avec les gros. MĂȘme au sein de notre communautĂ©, il rĂšgne une grossophobie latente. Du coup, les Bears ont dĂ©gainĂ© leur arme absolue : l’humour. Parce que oui, les Bears sont drĂŽles. Un peu de la mĂȘme façon que les gays, en gĂ©nĂ©ral, utilisent l’humour pour lutter contre l’homophobie, les Bears se moquent d’eux-mĂȘmes pour contrer les discriminations. Le mec d’Hicham, Fred (41 ans de Nanterre) raconte : Â« J’emballe les mecs avec mon humour. Ca marche tout le temps. Je suis sĂ»r que ma bonne fĂ©e en se penchant sur mon berceau Ă  ma naissance Ă©tait bourrĂ©e et a confondu George Clooney et Florence Foresti pour me gratifier d’un don ! Â» Petit conseil de Fred : Â« Au mĂȘme titre qu’un hĂ©tĂ©ro ne dit pas “pĂ©dĂ©â€œ Ă  un gay, une crevette ne dira pas “ma grosse“ Ă  un bear ! Je ne suis pas grosse, j’ai les os Ă©pais ! Â»

Parce qu’avec eux, on est toujours bien entourĂ©

Chez les Bears, la communautĂ© prend tout son sens. Les Bears aiment la fĂȘte et partagent. Les Ă©vĂ©nements bears sont lĂ©gion. Pique-niques, Ă©lections de Mister, soirĂ©es, tout est occasion. Les bars bears sont souvent les seuls Ă  proposer, par exemple, quelque chose Ă  grignoter pendant les happy-hours. Stefan (54 ans de Mende) nous raconte : Â« Je vis avec Michel depuis 22 ans. Il est Bear. Notre vie est rĂ©glĂ©e sur les Ă©vĂ©nements Bears en Europe. De la Mad Bear Ă  Madrid en dĂ©cembre, oĂč je deviens fou, Ă  l’élection de Mister Ours en juin Ă  Paris. Du coup, on a des amis partout. On va au Carnaval de Cologne depuis une dizaine d’annĂ©e et on est toujours hĂ©bergĂ© par des connaissances bears
 Et c’est un peu l’Europride Ă  la maison au mois d’aoĂ»t ! Â»

Parce qu’ils sont beaux

Nos tĂ©moins sont unanimes : les Bears sont beaux. Loulou (27 ans de Paris) raconte son coup de foudre dĂ©finitif pour les Bears : Â« Il y a 3 ans, j’ai vu Passengers, le film avec Chris Pratt. Il y a une scĂšne oĂč on le voit nu de dos. Je suis tombĂ© amoureux. Ce n’était pas des fesses de musclor. Il y avait quelque chose en plus
 A la maison, j’ai fait comme tout bon gay : je l’ai googlisĂ©. Et en fait, je l’ai trouvĂ© beaucoup plus sexy quand il Ă©tait gros. Je suis devenu un bearmaniaque ! J’ai envie d’embrasser tous les bidons que je croise. Et franchement, je rentre beaucoup moins souvent bredouille que mes potes Ă  la recherche du Brad Pitt gay idĂ©al
 Â» Parce que oui, avec les Bears, on a le droit d’ĂȘtre une midinette
 Ils adorent ça.

Tu en veux encore ?