La mère de mon mec et moi : c’est l’amour vache !

Le cliché de la belle-doche acariâtre vous laissait de marbre ? Vous étiez prêt à tout pour lui plaire ? Jusqu’à ce que vous rencontriez sa mère. La guerre des tranchées a commencé ! Et oui, tout le monde n’a pas la chance d’avoir une belle-maman idéale. Alors comment lui survivre surtout si vous devez cohabiter avec elle pendant vos vacances d’été ?

Publié le

Très vite, vous avez compris que belle-maman adulait son fils, qu’il était sa merveille, que personne n’était assez bien pour lui. De là à vous détester… Par de petits détails, méticuleusement bien préparés, elle vous a montré que « pas touche à mon bébé ». Vous avez supporté le dîner du réveillon assis entre les deux cousins fachos… Vous avez même mis un jour du Brut de Fabergé qu’elle vous avait offert, pour lui faire plaisir… Vous n’avez pipé mot quand elle a salé votre café, par erreur (mais bien sûr !)… Vous avez dormi deux semaines sur un lit de camp parce qu’il n’y avait pas de lit double dans la maison qu’elle a loué au bord de la mer. Et puis un jour, vous avez dit « Stop », et vous avez répliqué…

Avec le sourire

Le plus difficile lorsqu’on essaie de résister à Belle-Maman, c’est de faire en sorte que son fiston, votre chéri, ne se doute de rien. Il va falloir user de stratagèmes pointus et faire comme elle… L’innocent. Le but est de lui faire comprendre que lutter ne sert à rien. Alors petit à petit, vous allez lui montrer que vous ne vous laisserez pas faire. Au début, vous oublierez la date de son anniversaire. Ce n’est pas très grave, tout juste agaçant quand vous renouvellerez la bévue l’année suivante ! N’oubliez pas de lui faire envoyer un bouquet signé du nom de son fils à la mauvaise date… C’est le geste qui compte. Plus tard, vous simulerez une allergie tenace au poil de SON chat. Du coup, vous devrez espacez vos visites…

Votre mère, votre alliée

Il n’y a rien de pire pour une mère que d’avoir une rivale. C’est là que vous ferez entrer en scène votre propre mère. Au besoin, vous lui expliquerez la situation. Elle vous aidera, c’est sûr. Il va falloir gâter votre chéri. Votre mère va déployer ses charmes. Elles sont fortes les mères ! Elle sera la meilleure cuisinière au monde… Elle pourra aussi vous inviter pour une semaine de vacances aux sports d’hiver. Et ce, 6 mois à l’avance… De quoi couper l’herbe sous le pied de votre belle-mère. L’idéal est que votre maman chérie se débrouille pour que ce soit votre mec himself qui choisisse la station de ski ! Il n’y aura alors plus aucune possibilité à la rivale de faire quoique ce soit. Elle verra son fils adoré partir avec une autre femme. Sacrilège ! Vous pourrez toujours lui envoyer une vidéo où elle verra tout le bonheur de son fils dégouliner sur l’écran. Gnagnagnark…

Cessez-le-feu

La guéguerre avec Belle-Maman peut fatiguer à la longue. D’un côté comme de l’autre. Plus l’histoire d’amour avec votre chéri va durer, plus votre belle-mère va se lasser… Elle ira, tout au plus, déposer un cierge à Sainte Rita dans l’espoir d’une rupture à venir. Mais elle se fera une raison. Ca ne veut pas dire qu’elle vous adorera. Elle vous supportera. Le mieux, c’est d’officialiser les limites de votre « relation ». Laissez-lui les fêtes de famille ! En retour, elle respectera votre intimité. Enfin… elle essayera !

Et puis, dîtes-vous que les belles-mères ont dû se rendre à l’évidence : pendant des années, elles avaient l’impression que leur fils gay resterait célibataire et serait donc à vie leur « fils à sa maman ». Depuis, elles voient leurs bambins convoler… Et franchement, votre mariage sera, ô combien, beaucoup plus chic et raffiné que celui de la sœur de votre mec, votre belle-sœur… Et là, vous aurez vraiment gagné la partie !

Tu en veux encore ?